Intérieur
Intérieur

La grève au Petit-Château

Monsieur le Secrétaire d’État, le personnel du centre d’arrivée de demandeurs d’asile et des bénéficiaires de l’accueil – le petit Château à Bruxelles – est en grève ce lundi 18 octobre. La survenance d’une série d’évènements a engendré une surcharge de travail considérable au détriment du bien-être des travailleurs de ce centre. Les restrictions sanitaires liées à la Covid qui limitent les places, les inondations des 14 et 15 juillet dernier qui ont détruit une série de locaux ainsi que la réadmission de familles afghanes suite à l’opération Red Kite, n’ont, en effet, fait qu’aggraver une situation qui était déjà précaire faute de vision à long terme par votre prédécesseur.

Problèmes de sécurité dans le carré à Liège

Une enquête est en cours et trois personnes ont été arrêtées. Elles sont suspectées d’avoir enlevé puis frappé et dépouillé au moins six jeunes. Il y a également, eu deux tentatives de kidnapping. Parallèlement à cela, des fake news et des rumeurs circulent actuellement sur les réseaux sociaux.

Inondations : Des réponses transparentes pour et au nom des sinistrés !

Des réponses, des explications, et pas un jeu de ping pong entre les niveaux de pouvoir pour se renvoyer la balle des responsabilités. Des responsabilités, il y en a, aussi au niveau fédéral, il faut les constater et pouvoir tirer les conséquences et leçons de ces dernières!

Retour sur la Commission Intérieur Spéciale Inondations du 1er septembre 2021

Ce mercredi 1er septembre, c’est pendant plus de 5 heures que la Ministre de l’intérieur est venue s’expliquer sur le déroulement des secours lors du désastre qui a frappé notre région en juillet dernier.

Nous sommes évidemment restés sur notre faim… car beaucoup de questions restent sans réponse à ce stade. Nous l’avons implorée de mettre « TOUTES les forces » de tous les niveaux de l’Etat dans la bataille pour rendre un peu de dignité humaine aux sinistrés de certains quartiers, notamment sur Pepinster.

La sanction disciplinaire infligée au numéro 2 de la police fédérale dans l’affaire Chovanec

Monsieur le président, madame la ministre, la presse a fait état de la sanction disciplinaire infligée à M. Desenfants dans le cadre de l’affaire Chovanec. Cette sanction porte sur une réduction de salaire de 10 % pendant deux mois puisque vous auriez jugé, avec votre homologue de la Justice, que le principal intéressé n’en aurait pas fait assez. Il s’agit d’un revirement important de la situation dans la mesure où M. Desenfants est venu en commission de l’Intérieur clamer son innocence et répéter à plusieurs reprises le fait qu’il n’avait pas été mis au courant des faits et principalement de la vidéo.

Voilà pourquoi nous pensons que la loi « Pandémie » du gouvernement Vivaldi n’est pas acceptable en l’état.

L’objectif est d’empêcher l’adoption en l’état de cette loi qui est inacceptable. Elle heurte notre attachement aux droits et libertés fondamentaux et à la démocratie parlementaire. La manière dont elle confisque les pouvoirs du Parlement -comme représentation des citoyens au profit du gouvernement au-delà de ce qui est nécessaire justifie notre opposition sans faille. Nous acceptons que pour des mesures d’urgence des délégations au gouvernement soient possibles, mais pas qu’elles permettent de prendre des mesures qui perdurent.

Refus d’un enregistrement de dépôt de plainte au commissariat de Ninove

Vous répondrez probablement qu’il s’agit de la police locale qui n’est pas sous votre tutelle directe. J’aimerais savoir, bien sûr dans le cadre de la police intégrée, si vous avez pris contact avec les autorités de la zone de police pour voir quelles suites peuvent être données et comment on peut effectivement sanctionner de manière exemplaire ces faits qui sont, je le rappelle, odieux.

Proposition de loi modifiant les lois coordonnées sur le Conseil d’État en vue d’instaurer de nouvelles règles de consultation en urgence de la section de législation du Conseil d’État en ce qui concerne les projets d’arrêtés réglementaires

La présente proposition de loi vise à instaurer de
nouvelles règles de consultation en urgence de la
section de législation du Conseil d’État en ce qui
concerne les projets d’arrêtés réglementaires.