Proposition de résolution relative à la lutte contre les violences commises à l’encontre des policiers, des pompiers et des agents des services d’urgence et d’intervention
Proposition de résolution relative à la lutte contre les violences commises à l’encontre des policiers, des pompiers et des agents des services d’urgence et d’intervention

Proposition de résolution relative à la lutte contre les violences commises à l’encontre des policiers, des pompiers et des agents des services d’urgence et d’intervention

Vanessa Matz (Les Engagés): Monsieur le président, je remercie les auteurs de cette proposition de résolution. Nous partageons évidemment – je pense que cela ne fait aucun doute pour personne – les objectifs visés par cette dernière et le champ d’application qui concerne non seulement nos policiers mais également l’ensemble des services de secours et de sécurité.

Une telle résolution relative aux violences à l’encontre des policiers et des services de sécurité, nous en avions déposé une qui avait été votée à l’unanimité voici trois ans. Les objectifs et les demandes qui figuraient dans cette dernière n’ont, pour partie, pas été mis en œuvre. Nous le regrettons car certaines demandes sont reprises dans cette résolution.

Je tiens toutefois à dire que, pour cette matière, plutôt que de s’écrire des demandes à soi-même, à la majorité, il serait préférable de les mettre en œuvre. Ce serait beaucoup mieux. Vous me direz que nous sommes le Parlement et qu’il y a le gouvernement. Ce n’est pas la même chose. Soyons raisonnables! Nous savons très bien que ces demandes sont celles qui sont formulées depuis des années par les policiers.

Depuis le début de la législature, on a entendu le ministre de la Justice nous dire à juste titre qu’il fallait absolument une tolérance zéro à l’encontre des auteurs d’actes de violence envers des policiers. Mais, dans les faits, nous savons qu’il n’y a pas de tolérance zéro malgré ce qu’il veut bien en dire. Nous en avons malheureusement eu la preuve avec ce terrible assassinat d’un policier dernièrement.

Nous savons par les syndicats que nous sommes loin de cette tolérance zéro, très loin de celle-ci.

Alors, s’abriter, se camoufler derrière des slogans pour faire bien et se cacher derrière des résolutions en disant: “Regardez, on a fait tout ce qu’on devait faire. On vous a pondu une belle résolution….” Franchement, ce n’est pas cela que les policiers attendent. Ils attendent des actes. Ils attendent que la confiance soit rétablie non seulement dans ce dossier-là mais aussi dans d’autres dossiers. Ils ont vraiment l’impression que le ministre de la Justice s’est payé leur tête en disant: “Vous voyez, politiquement, je suis à l’aise. C’est tolérance zéro.” Mais on sait que ce n’est pas vrai. Cela passe aussi par la reconnaissance. C’est évidemment l’aspect de l’accord sectoriel qui n’a pas été respecté par le gouvernement et dont le ministre de la Justice dit maintenant qu’il n’est pas lié par cet accord parce qu’il n’aurait pas mandaté la personne qui l’a signé.

C’est de la confiance et de la reconnaissance que les policiers attendent, et pas une résolution. Ils attendent des moyens pour la justice. Les magistrats en veulent de nouveaux, afin de pouvoir appliquer cette tolérance zéro à tous les faits de violence à leur encontre. La situation actuelle est inacceptable et lorsque le gouvernement proposera des outils à cette fin, nous serons derrière lui, comme c’est le cas depuis le début de la législature.

Les objectifs de cette résolution sont louables mais restent jusqu’à présent lettre morte. Au nom de mon groupe, je me permettrai simplement de dire que nous nous abstiendrons. Personne ne pensera que nous ne partageons pas l’objectif, mais tout le monde saura que, depuis des années, nous répétons que les moyens dédiés à la police et à la justice sont insuffisants au regard des tâches et des missions qui leur sont dévolues et des différentes crises que traverse malheureusement notre société.

Nous nous abstiendrons sur ce texte et attendrons du gouvernement de vrais actes et budgets pour atteindre les objectifs proposés.

Revoir la séance