L’incident survenu lors des négociations sectorielles au sein de la police
L’incident survenu lors des négociations sectorielles au sein de la police

L’incident survenu lors des négociations sectorielles au sein de la police

Vanessa Matz (Les Engagés): Monsieur le premier ministre, ne trouvez-vous pas que cela fait un peu beaucoup dans le dossier police? Le gouvernement entretient systématiquement le flou sur une situation déjà caractérisée par une rupture de la confiance depuis plusieurs mois.

Le coup de théâtre, c’est la conférence de presse de ce matin de trois syndicats de police, qui dénoncent le fait que le ministre de la Justice – votre ministre de la Justice – aurait dit le 28 novembre, en marge de la manifestation de la police, qu’au fond, il ne se sentait pas lié par l’accord sectoriel puisque c’était un délégué qui avait signé l’accord et qu’il n’avait pas mandaté ce délégué.
Franchement, cela fait vraiment beaucoup!

Lorsque vous dites que la sécurité est une priorité, lorsque, la semaine dernière, ainsi que les semaines précédentes, vous n’avez cessé de répéter devant la Chambre que la sécurité est votre priorité absolue, permettez-nous, nous aussi, d’en douter sérieusement. Cela vous paraît-il sérieux? Déjà que cet accord a été reporté, alors qu’il était attendu pour début janvier. On nous a alors expliqué que le report était dû à des problèmes budgétaires, comme si ces problèmes budgétaires étaient inconnus au moment de la signature de l’accord sectoriel!

Nous aimerions, avec les syndicats, que vous fassiez toute la transparence sur les documents qui ont été émis, sur le mandat ou l’absence de mandat de cette personne lors de ces négociations sectorielles. Nous aimerions que vous nous disiez si, effectivement, le ministre de la Justice n’est pas lié par cet accord parce qu’il n’aurait pas mandaté cette personne. Il est important que vous fassiez toute la transparence sur cette affaire, pour tenter de rétablir un tantinet la confiance avec les services d’ordre, que vous n’épargnez vraiment pas dans ce dossier!

Eerste minister Alexander De Croo: Er is een engagement getekend op 28 januari tussen de minister van Binnenlandse Zaken en twee van de vier vakbonden. Het document Protocol 537-1 van 28 januari is daarna getekend door de voorzitter van het onderhandelingscomité. Die handtekening van de voorzitter van het onderhandelingscomité bevestigt het engagement dat de minister is aangegaan.

Achteraan dat document staan een aantal handtekeningen van de overheden, van vertegenwoordigers van de overheid, van vertegenwoordigers van vakbonden. Die handtekening is een kennisname van het feit dat het engagement van de minister van Binnenlandse Zaken wordt bevestigd. Dat is wat het procedureel is. Men probeert daar nu iets groters van te maken. Bij de handtekeningen van de vakbonden staan twee handtekeningen voor akkoord en er staan ook twee handtekeningen voor non-akkoord. Zij zijn het eigenlijk niet eens met wat in het document staat. Deze handtekeningen geven eigenlijk aan dat de procedure gevolgd is.

Madame Matz, vous dites: “Vous créez un certain flou.” Par rapport aux décisions que le gouvernement va prendre, ce qui importe, c’est la façon dont le gouvernement va traduire cet engagement de la ministre.

Er wordt extra 140 miljoen euro besteed voor de verhoging van de lonen van de politiediensten. In vergelijking met de rest van de bevolking, die vandaag geconfronteerd wordt met een nulnorm boven op de indexering, is dat een zeer significante verhoging. Voor bijvoorbeeld een aspirant komt het neer op 140 à 150 euro netto per maand meer. Die zeer concrete engagementen die wij tijdens het conclaaf hebben genomen, zullen worden vertaald in de nodige wetgevende instrumenten.

Daarnaast hebben we ook beslissingen over de maaltijdcheques genomen ter uitvoering van wat de vorige minister had vooropgesteld. Vanaf 1 november kunnen zij rekenen de politieagenten rekenen op maaltijdcheques. Dat betekent dat er 120 euro netto per maand boven op hun loon komt per maand.

Het is juist dat de regering heeft beslist om het NAVAP-systeem, het systeem van non-activiteit voorafgaand aan het pensioen, wat in feite een verlofstelsel is, geleidelijk te laten uitdoven. Dat verlofstelsel zal tegen 2030 zijn uitgedoofd.

Belangrijk is dat de beslissing van de regering tijdens het conclaaf voor 100 % past bij het onderhandelingsmandaat dat de regering aan de minister van Binnenlandse Zaken had gegeven. De bevoegde minister heeft vervolgens onderhandeld en daar zijn bepaalde engagementen en afspraken uit voortgekomen. Essentieel is uiteindelijk de manier waarop een en ander vertaald wordt in de nodige KB’s en in de nodige wetgevende aktes.

Men probeert daar nu op de een of andere manier de minister van Justitie bij te betrekken, maar men moet een verschil maken tussen het inhoudelijke, datgene waartoe de minister van Binnenlandse Zaken en haar onderhandelingspartners zich hebben geëngageerd, en het procedurele. De handtekeningen hebben te maken met de procedure.

Vanessa Matz (Les Engagés): Monsieur le premier ministre, la réponse que vous venez de faire, je suppose que c’est une grande blague collective! Que vous riiez de nous, ici au Parlement, passe encore! Mais que vous riiez des syndicats et surtout des personnes et des citoyens qui, tous les jours, sont protégés par ces policiers, je trouve cela vraiment indécent!

Vous faites une pirouette en focalisant sur la ministre de l’Intérieur, alors que vous savez pertinemment que l’accord doit être cosigné par les deux ministres. Vous parlez de procédure et vous vous embourbez dans des explications qui ne tiennent pas la route en concluant que le fond de l’accord est bon. Sauf que le fond de l’accord doit être exécuté début janvier. C’était cela l’engagement et pas quand vous le souhaiterez! Arrêtez de faire de la communication!

Je m’adresse au groupe MR qui fait aussi de la communication en demandant l’exécution de l’accord. C’est au gouvernement que vous devez le dire et c’est au sein du gouvernement que vous devez défendre cette position, celle des policiers et de la sécurité de la population.