Question au Ministre de la SNCB sur la ponctualité des trains en gare de Liège Guillemins

05/12/2018

Vanessa Matz (cdH): Monsieur le président, monsieur le ministre, chaque mois, Infrabel publie un rapport de ponctualité sur la base de plusieurs critères. À la lecture de ceux-ci, j’ai effectué plusieurs constats. 

De manière générale en 2018, le manque de ponctualité s’intensifie sur le réseau des chemins de fer belges. Plus précisément, en comparaison avec les huit grandes gares non bruxelloises, la ponctualité à l’arrivée des trains est la plus catastrophique pour Liège-Guillemins. On observe une chute à 68,5 % des trains arrivés à l’heure prévue ou dans les six minutes au mois de septembre, contre une moyenne allant de 72 à 86 % les autres mois. Liège-Guillemins est donc la plus mauvaise élève, à la traîne derrière les sept autres grandes gares non bruxelloises. 

Concernant la ligne Liège-Bruxelles, si on peut considérer obtenir de bonnes moyennes durant les mois d’été, on déplore aussi la chute de la ponctualité au mois de septembre 2018: seulement 69,8 % des trains aux heures de pointe du matin et 61 % des trains aux heures de pointe vespérales sont arrivés à l’heure. Soulignons que cette ligne est quotidiennement utilisée par des milliers de travailleurs. 

Une autre comparaison indique que les correspondances sont de moins en moins bien assurées en gare de Liège-Guillemins par rapport 

à 2017, avec une chute à 79,4 % en septembre. Il apparaît également que sur l’ensemble, les moyennes sont les plus critiques aux heures de pointe. 

Monsieur le ministre, ces chiffres sont très interpellants. Á l'heure où les responsables politiques doivent s’inscrire dans une dynamique de transition écologique, il est primordial que des alternatives à la voiture, plus écologiques et de qualité, soient proposées aux citoyens. 

Alors que le coût du carburant est de plus en plus élevé, notamment à cause des accises que le gouvernement a augmentées, et que cela entraîne de grosses difficultés pour les citoyens contraints de nouer les deux bouts en fin de mois, il est capital que des alternatives accessibles pour le portefeuille des citoyens soient mises en œuvres. 

Étant donné qu’il s’agit d’un service public, celui-ci a pour mission d’assurer un service de qualité à tous les citoyens. Il n’est pas concevable que des citoyens, qui empruntent les trains aux heures de pointe pour se rendre au travail, à une formation ou à l’école, soient pris en otage par le manque de ponctualité des trains. 

En 2017, lors de la présentation du plan de transport, vous annonciez, en province de Liège, développer davantage les petites lignes de liaison, notamment en réouvrant les haltes de Chaudfontaine, Seraing et Ougrée, augmenter le trafic de ces lignes et également diminuer le temps de parcours. C'est une bonne chose, à laquelle nous adhérons totalement. 

Comment, dès lors, mettre ce plan en œuvre, si la ponctualité en gare de Liège-Guillemins n'est pas assurée puisque cette gare joue essentiellement les rôles d'entonnoir avec les lignes de Bruxelles et d'échangeur entre les lignes plus rurales? 

Compte tenu des mauvais résultats des statistiques de Liège-Guillemins, il serait judicieux d'effectuer une analyse des résultats sur l'ensemble des lignes qui rejoignent Liège- Guillemins afin de mettre rapidement en place les moyens nécessaires pour améliorer la qualité des transports. 

Monsieur le ministre, comment expliquez-vous ces mauvais résultats concernant la gare de Liège-Guillemins? Quelles mesures comptez-vous prendre afin d'améliorer la ponctualité? Comment comptez-vous atteindre les objectifs que vous aviez définis dans le plan de transport 2017, si les correspondances en gare de Liège-Guillemins ne 

sont pas mieux assurées ainsi que la ponctualité? Comment comptez-vous encourager davantage les citoyens des zones rurales à se déplacer en train dans de telles conditions? Pourriez-vous fournir les statistiques relatives à la ponctualité sur toutes les lignes arrivant à Liège-Guillemins? Certaines concernent plus particulièrement le territoire sur lequel j'habite; je pense ici à la ligne 42, mais il y a aussi les lignes 43, 125, 2, 36, 37, 40, 34. Comptez-vous réaliser une analyse de la ponctualité de l'ensemble des lignes qui rejoignent Liège-Guillemins et mettre en place des mesures afin d'améliorer la qualité des transports? 

François Bellot, ministre: Monsieur le président, chère collègue, la SNCB m'informe que la mauvaise qualité en termes de ponctualité à Liège s'explique par plusieurs éléments parmi lesquels les avaries au matériel et d'innombrables vols de câbles commis, dans un premier temps, sur la ligne 2, ligne à grande vitesse entre Louvain et Ans, principalement entre Hoegaarden et Ans. De plus, dans les vastes alentours de Liège, les cas de trespassing et les travaux de rénovation sur la ligne 37 Liège-frontière vers Aix-la-Chapelle ont eu d'importantes répercussions sur les relations Eupen-Ostende et Welkenraedt-Courtrai ainsi que sur les trains L entre Verviers et Liège. 

Je vais vous remettre un tableau reprenant les causes et responsabilités des retards qui m'a été fourni par Infrabel. Vous constaterez – c'est l'endroit le plus critique de Belgique – que les causes de tiers sur la ligne L2, la ligne 40 et la ligne 125 atteignent 63 % des causes liées à la dégradation de la ponctualité suite à deux phénomènes. 

Le premier est surtout le vol de câbles, pouvant affecter certaines semaines jusqu'à 1,2 million de voyageurs. Vient ensuite le trespassing, particulièrement dans la région liégeoise. 

La SNCB m'informe également qu'elle prend les mesures nécessaires pour limiter le nombre d'incidents et leur impact. Ainsi, la priorité est accordée aux actions visant à réduire le nombre de pannes de matériel au moyen, par exemple, d'une réparation plus performante dans les ateliers d'entretien, d'un suivi renforcé de la performance du matériel par des ?? en fonction du matériel – avec des feed-back au service "conduite des trains" –, de la mise en service de nouveaux ateliers afin d'augmenter la capacité et, enfin, d'un plan d'action pour réduire le nombre d'incidents liés au système de sécurité. Voilà pour les règles internes à la SNCB. 

Une attention permanente est également accordée à la nécessité de faire partir à l'heure les premiers trains de la journée. 

En collaboration avec Infrabel, des plans d'action ont été élaborés en vue de réduire le nombre d'incidents imputables à des tiers, tels que les heurts de personne, le trespassinget les vols de câbles. Il faut quand même savoir que, pour ce dernier phénomène, nous avons dû fortement insister pour que tous les acteurs – qui avaient été réunis en 2011 lors d'une première vague importante – se retrouvent dans un comité présidé par la police fédérale de Liège. Celle-ci ainsi que la police locale, Infrabel et la SNCB ont mobilisé les moyens pour tenter d'identifier et de démanteler l'une des bandes à l'origine de ces nombreux vols – qui étaient parfois au nombre de trois certains jours. 

Enfin, la SNCB mène une consultation régulière avec Infrabel afin de planifier d'importants travaux de la manière la plus efficiente possible pour en limiter l'impact sur la ponctualité. Il convient d'estimer plus correctement les conséquences potentielles des travaux. De plus, les horaires des trains doivent être aménagés d'une telle manière qu'ils ne subissent pas de retard à hauteur des zones de chantier. 

De son côté, Infrabel, gestionnaire de l'infrastructure, a énoncé une série de plans d'action afin de lutter contre les vols de câbles. Il s'agit notamment de sensibiliser en permanence le personnel à la protection des câbles et à une vigilance continue. Une étude de faisabilité quant à l'utilisation de drones sur le réseau ferroviaire durant la nuit ou encore l'installation de caméras supplémentaires en font aussi partie. 

Infrabel élabore également des plans d'action visant à lutter contre la présence de personnes sur et le long des voies, par exemple, au moyen de campagnes de communication lors de grands événements ou encore de contrôles préventifs par Securail. 

Concernant les difficultés d'exploitation durant les travaux, le gestionnaire d'infrastructure veille à une meilleure coordination interne pour l'établissement du planning des travaux et intensifie les consultations avec les entreprises ferroviaires pour les adaptations au service des trains. 

D'autres mesures visant à améliorer la ponctualité sont également mises en œuvre: campagne contre le manque d'adhérence, visite périodique et réglage des aiguillages en fonction des saisons, et réalisation d'un système de monitoring afin d'identifier rapidement les compteurs d'essieux défectueux. 

Je vous remets un tableau présentant les chiffres relatifs à la ponctualité des lignes arrivant en gare de Liège-Guillemins. Le manager de la ligne 36 suit l'influence de l'ensemble des lignes qui se croisent à Liège. En outre, j'ai décidé de réunir les conseils d'administration des deux entreprises (Infrabel et SNCB), afin de dégager des solutions efficaces, structurelles, partagées, coordonnées et concertées, et de conscientiser les conseils d'administration dans leur ensemble sur cette question qui doit, selon moi, être le premier point de chacun des conseils d'administration avant les autres points de l'ordre du jour. Je pense qu'il y va de la qualité de l'offre ferroviaire, aux côtés de la sécurité et de la qualité de la communication aux usagers. 

Le président: Madame Matz, pour une réaction? 

Vanessa Matz (cdH): Merci monsieur le ministre pour la remise des documents et pour votre réponse très précise, même si je la sens quelque peu teintée, de votre côté, de désarroi par rapport à ces chiffres. Il suffit de regarder les couleurs du tableau sur les autres lignes pour se rendre compte que, en ce compris sur la ligne qui arrive à Liège-Guillemins, c'est la catastrophe, même si je n'ai pas encore eu le temps d'analyser le tableau ligne par ligne. 

J'entends bien les plans mis en œuvre, mais les chiffres de ponctualité dont nous parlons datent de septembre, ce qui signifie que les mesures qui ont été apportées sur le démantèlement des réseaux et les actions ciblées contre le vol de câbles, par exemple, n'ont vraisemblablement pas encore produit leurs effets. 

Je suppose que le plan dont vous avez parlé ne date pas du mois de septembre et qu'Infrabel a pris ce dossier à bras-le-corps. On ne peut qu'être interpellé, et parfois même en colère, au vu de ces événements. J'entends dans le ton de votre réponse que vous n'êtes pas satisfait non plus. On ne peut prêcher tout et son contraire. De plus, il s'agit de Liège-Guillemins, pas de la gare d'Aywaille ou de celle de Gouvy! Liège-Guillemins est un lieu de transit important, fréquenté par des navetteurs. Comment voulez-vous que les citoyens ne soient pas dans le désarroi quant à ces problèmes de ponctualité? 

J'entends que de nombreuses mesures ont été mises en œuvre. Cependant nous constatons que ces travaux ne portent pas leurs fruits. D'autre part, je ne comprends pas pourquoi les vols de câbles sont quasi exclusivement concentrés sur l'arrondissement de Liège. Pourquoi ces mesures porteraient leurs fruits à d'autres endroits, même si tout n'est pas parfait là-bas non plus? Je ne comprends pas ce qui se passe et je suis révoltée. Allez-vous mettre en œuvre des moyens suffisants afin d'offrir autre chose aux citoyens que l'augmentation des taxes sur les accises sans avoir une alternative à leur proposer? 

François Bellot, ministre: Le plan concernant l'arrestation des voleurs de câbles date du 15 octobre. Avant, deux à trois vols de câbles avaient lieu chaque jour, concentrés dans l'arrondissement de Liège et sur la ligne entre Namur et Gembloux, pour des raisons que la justice devrait éclaircir. Nous pensions que les bandes responsables de ces vols emmenaient les câbles à l'extérieur. Mais, apparemment, il s'agit plutôt de bandes dont la proximité avec les lignes a été démontrée. Si on soustrait les causes de tiers, ce qu'on appelle la ponctualité après neutralisation est identique à Liège à la moyenne du pays. 

Les phénomènes de vols de câbles ont été particulièrement pénalisant sur cette ligne. Si on retire les tiers, on est dans la moyenne neutralisée. 

Vanessa Matz (cdH): Le résultat est cependant le même, vous en conviendrez, monsieur le ministre. Qu'il s'agisse de vols de tiers ou de causes internes, cela reste la même chose pour les navetteurs. 

François Bellot, ministre: Mis à part le fait que la responsabilité des tiers n'incombe pas à la SNCB. Le train arrive en retard pour différentes causes: le suicide n'est pas une cause interne, les vols de câbles non plus. Mais lorsque la responsabilité d'un retard incombe à 63 % à des tiers lorsque l'on en est à 35% ailleurs, le voyageur ne fait pas la distinction entre le tiers, Infrabel et la SNCB, alors que ceux devant régler les problèmes qui en découlent sont des personnes différentes. 

La présence d'un institut médico-psychologique à coté d'une ligne nous pose problème à trois endroits du réseau. On ne peut ni déplacer la zone ni électrifier les clôtures. Il y a donc des causes internes et externes. 

Sachez, par ailleurs, que les chiffres relatifs à la ponctualité pour le mois d'octobre 2018 par rapport à octobre 2017 montrent que la ponctualité est en augmentation pour différentes raisons et, notamment, parce qu'il y a diminution du nombre de faits de tiers. 

Quand on parle de causes internes ou externes à la SNCB et à Infrabel, ce sont les deux entreprises qui doivent travailler pour réduire leurs causes internes. Quand il s'agit de phénomènes externes, il existe différentes façons de lutter. Ainsi, pour arrêter les bandes, il aura fallu un certain temps pour que les autorités en charge de cette problématique prennent conscience de l'impact que cela avait sur la population. 

Dès le mois de juin, j'ai demandé au groupe de se réunir. Avant cela, il a fallu un certain temps pour que les autorités qui ne sont pas propres au transport en prennent conscience. 

Il y a des éléments liés aux suicides qui sont très saisonniers. Vous êtes bourgmestre, vous savez ce qu'il en est dans vos communes. 

Vanessa Matz (cdH): Monsieur Bellot, je ne suis malheureusement pas bourgmestre. 

François Bellot, ministre: Non, mais vous êtes mandataire communale. Vous savez ce qu'il en est. Il y a des bourgmestres ici qui savent ce que je veux dire. Il y a une foison de causes et il faut une foison de solutions. 

En ce qui concerne le trespassing, les incidents en gare, etc., nous avons adopté la loi sur les amendes administratives. Nous espérons que cela va pouvoir porter ses fruits. 

Très régulièrement, des voies sont fermées parce que les arbres le long de voies ne sont pas entretenus, surtout en hiver, avec le poids de la neige. 

Il y a une multitudes de causes et il faut s'attaquer à chaque cause avec une action bien particulière. Je souhaitais tout de même dire que ces vols de câbles à répétition ont été très largement la cause d'un écart entre Liège et Namur et les autres régions. La situation a enfin été prise en main. Je crois que dix personnes ont été incarcérées. Depuis lors, nous sommes presque revenus à une situation normale. Il y a encore une tentative de temps en temps, mais plus à l'échelle de ces derniers mois. 

Vanessa Matz (cdH): Monsieur le ministre, nous attendrons les prochains rapports de ponctualité pour voir si ces causes, en tout cas une grosse partie, sont hors des statistiques. Je ne peux que vous inviter, je pense que tout le monde le fera, à garder une vigilance accrue sur cette ponctualité. C'est un facteur particulièrement important pour les navetteurs, à qui des efforts conséquents sont demandés par ailleurs. 

 

05/12/2018

Question au Ministre de la SNCB sur la ponctualité des trains en gare de Liège Guillemins

28/11/2018

Question orale au ministre des Finances sur « ta taxation des géants du numérique »

24/10/2018

Mme Vanessa Matz au vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement, de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste, sur "la nouvelle directive européenne postale" et sur "le changement de fréquence et de délai de distribution du courrier"

24/10/2018

Question de Vanessa Matz sur "la couverture internet et la lutte contre les zones blanches"

17/10/2018

Question de Mme Vanessa Matz au vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, chargé de la Régie des Bâtiments, sur "les actions policières menées dans le cadre de l'opération Méduse et ses répercussions sur le droit de solidarité des 'hébergeurs'"