Question à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, concernant le maintien des violences conjugales dans le plan national de sécurité

04/06/2015

Monsieur le Ministre,

Faisant suite aux nombreuses questions d’actualité que nous vous avons posées en séance plénière de la Chambre le jeudi 30 avril dernier, je me permets de revenir vers vous afin d’obtenir les éléments nouveaux à ce dossier. Je ne vais pas me répéter encore une fois en vous répétant les chiffres et statistiques liés à la violence conjugale, et plus généralement à la violence intrafamiliale.

Vous nous déclariez qu’aucune décision n’avait encore été prise quant au maintien de ce phénomène important de violences conjugales dans le plan national de sécurité. Une concertation était en cours avec les entités fédérées, les pouvoirs locaux, la police fédérale, ainsi que les services de police locale.

Monsieur le Ministre, mes questions sont les suivantes : Quelles sont les conclusions de cette concertation organisée ? Pouvez-vous aujourd’hui nous citer les priorités du prochain plan national de sécurité ? La violence conjugale figurera-t-elle bien parmi ces priorités ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Pour obtenir la réponse du Ministre

16/09/2016

Question à Madame Maggie de Block, Ministre de la santé publique, à propos du libre choix du prestataire par le patient

06/09/2016

Question au Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Monsieur Jan Jambon, concernant la mise en œuvre du plan canal

01/09/2016

Question à Monsieur François Bellot, Ministre de la Mobilité en charge de la sûreté aéroportuaire et de la sécurité aérienne, concernant les mesures de sécurité prises dans nos aéroports suite aux différents attentats terroristes perpétrés

06/07/2016

Question au Ministre de la Mobilité, Monsieur François Bellot, relative aux économies imposées à Infrabel et leur impact sur la réalisation du Masterplan ETCS

21/06/2016

Question à Monsieur Théo Francken, Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, concernant le respect des droits de l’enfant quel que soit son statut administratif