Question à Monsieur Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, relative au sommet anti-terrorisme de Washington du 18-19-20 février 2015

02/03/2015

Monsieur le Ministre,

Les 18, 19 et 20 février, la Maison Banche a accueilli les représentants d’une soixantaine de pays, des experts et des ONG pour un sommet consacré à la lutte contre la violence extrémiste.

En ouvrant les travaux, Joe Biden, vice-président américain, a déclaré : « nous avons besoin de réponses qui aillent au-delà du niveau militaire, au-delà de la force ». Parmi les objectifs annoncés du sommet, celui d’améliorer le partage d’informations et de bonnes pratiques, et d’encourager la collaboration entre la société civile, communautés et secteur privé, d’un côté et autorités de l’autre.

A l’occasion de ce sommet, je souhaite faire le point sur la politique belge et internationale de lutte contre le terrorisme et le radicalisme violent.

Monsieur le Ministre, quel était le programme de ce sommet ? Quels sujets y ont été abordés ? Quelle position avez-vous défendue au nom de la Belgique ? Des mesures concrètes ont-elles été adoptées ?

Vous avez proposé une meilleure coopération entre la Belgique et la Etats-Unis pour développer un contre-discours vis-à-vis de la radicalisation. Quelle coopération préconisez-vous ? Quel est l’état d’avancement du projet européen Syria Strtegic Communication Advisory Team (SSCAT) ? Quelle forme ces contre-discours doivent-ils prendre selon vous ?

Quelles pistes ont-été avancées pour lutter contre le radicalisme sur Internet ? Dans quelle mesure les acteurs du secteur ont-ils été associés ? Vous indiquiez dans la presse que, contrairement à votre homologue français, vous n’avez pas eu l’occasion de rencontrer les patrons de Facebook, Google, Twitter, etc. Votre collègue américain a cependant promis une réunion prochaine entre les responsables politiques et ces entreprises. Pouvez-vous nous en dire davantage ? Avez-vous une idée du timing ?

À votre retour, vous avez annoncé votre volonté de créer une base de données pour mieux suivre les djihadistes. Qui figurera sur cette liste (critères) ? Quelles données seront retenues ? Où cette base de données sera-t-elle centralisée ? Quelle sera la procédure de contrôle (respect de la vie privée et accessibilité) ?

Il nous revient que le seul engagement concret de la part des Etats-Unis a été d’accélérer le partage de renseignements avec ses alliés sur les candidats au djihad, tout comme sa collaboration avec Interpol. Quelles sont les modalités de ce partage d’informations ? Des garanties ont-elles été prévues en termes de protection de la vie privée ?

De nouvelles rencontres bi ou mulit-latérales sont-elles prévues ?

Je vous remercie.

Pour obtenir la réponse du Ministre

13/02/2019

Question au Ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, M. Pieter De Crem, concernant la mise en place des conseils de police et des collèges des zones de secours

13/02/2019

Question au Ministre des Finances sur la fermeture du bâtiment du SPF Finances à Hannut

13/02/2019

Question au Ministre de l’Intérieur concernant le suivi des recommandation de Myria dans son dernier rapport annuel 2018

29/01/2019

Suppression des boîtes aux lettres rouges en province de Liège

23/01/2019

Question au ministre de la Justice sur "les rapports annuels sur le contentieux de la Belgique devant la Cour européenne des droits de l'homme et la création de l'institut des droits de l'homme"