Question à Monsieur Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères concernant l’huile de palme

14/10/2014

Des responsables du SPF affaires étrangères ont récemment rencontré le PDG du Conseil malaisien de l’huile de palme (Malaysian Palm Oil Council) qui représente 300.000 planteurs.

Le représentant de l’industrie de l’huile de palme se plaint que les étiquettes de certains produits mentionnent que ces produits ne contiennent pas d’huile de palme. A ces yeux, c’est une mesure illégale et il voudrait attaquer en justice les entreprises qui le font.

L’huile de palme est controversée. D’une part pour la destruction de forêts, l’instauration de monoculture et son impact sur l’agriculture de subsistance des populations locales. D’autre part, le Conseil supérieur de la Santé recommande de limiter la consommation d'aliments contenant de l'huile de palme. Cette huile contient en effet plus de 40% d'acides gras saturés dits "athérogènes", qui ont des effets néfastes sur la santé, faisant notamment augmenter le risque d'accidents cardio-vasculaires. 

Mes questions sont les suivantes :

- Pouvez-vous nous indiquer la teneur de l’entretien de vos services avec le PDG du Conseil malaisien de l’huile de palme ? Partagez-vous son analyse ?

- Le gouvernement réagira-t-il à sa demande ?

Je vous remercie.

Pour obtenir la réponse du Ministre

13/02/2019

Question au Ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, M. Pieter De Crem, concernant la mise en place des conseils de police et des collèges des zones de secours

13/02/2019

Question au Ministre des Finances sur la fermeture du bâtiment du SPF Finances à Hannut

13/02/2019

Question au Ministre de l’Intérieur concernant le suivi des recommandation de Myria dans son dernier rapport annuel 2018

29/01/2019

Suppression des boîtes aux lettres rouges en province de Liège

23/01/2019

Question au ministre de la Justice sur "les rapports annuels sur le contentieux de la Belgique devant la Cour européenne des droits de l'homme et la création de l'institut des droits de l'homme"