Question à Madame la Ministre de la Santé, Maggie de Block, à propos d’une campagne publicitaire menée par un groupe brassicole à Louvain-la-Neuve

15/10/2014

Madame la Ministre,

A l’occasion des 24h Vélo organisés à Louvain-La-Neuve ces 15 et 16 octobre, une campagne publicitaire menée par un grand groupe brassicole fait débat : des folders publicitaires – comprenant des bons de réduction et des slogans tels que « les bons points méritent de bonnes pintes » – ont été distribués sur le site universitaire.

Cette pratique me paraît tout à fait scandaleuse !

En matière de publicité sur l’alcool, c’est une convention signée par les acteurs concernés (CRIOC, Brasseurs, COMEOS, Test-Achats,…) et je Jury d’Ethique Publicitaire et adoptée en janvier 2013 qui prévoit notamment l’interdiction de vanter les effets positifs de l’alcool et de cibler les jeunes ou encore l’obligation d’inscrire « une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse ».  Cette convention a été modifiée il y a quelques mois vu sa totale inefficacité, comme mon groupe l’a répété à de nombreuses reprises. Elle était et est toujours trop interprétable et les sanctions ne sont pas assez importantes.  Dans ce domaine, l’autorégulation a largement montré ses limites. Cette nouvelle dérive en est encore un exemple frappant.

Madame la Ministre, mes questions sont les suivantes :

- Comptez-vous réagir par rapport à la publicité à laquelle je fais référence ?  Cette publicité ne viole-t-elle pas directement la Convention qui interdit explicitement de cibler les jeunes ?            

- Comptez-vous évaluer et éventuellement revoir cette Convention ?  Une telle évaluation dans un très bref délai me paraît indispensable. D’une part, l’absence de représentants chargés des questions de Santé Publique parmi les signataires de la Convention est interpellante tant les enjeux de santé liés à l’alcool sont nombreux.  D’autre part, la publicité dont il est fait mention ici illustre bien le fait que cette Convention n’est pas suffisante, que l’autorégulation n’est pas suffisante. Il est temps d’agir !!! Madame la Ministre, comptez-vous prendre des mesures législatives en matière de publicité relative à l’alcool ?                   

- Enfin, plus globalement, nous pensons que la lutte contre la consommation excessive d’alcool doit se baser sur un plan national global qui impliquerait les différents niveaux de pouvoir et comprendrait des mesures variées (telles que sensibilisation, lutte contre l’alcool au volant, mesures relatives à la disponibilité de l’alcool, publicité, étiquetage des boissons alcoolisées et amélioration de la qualité des soins pour les personnes souffrant de problèmes liés à l’alcool).  Lors de la législature précédente, la mise en place d’un tel plan a été discutée au sein de la Commission Interministérielle Santé mais celui-ci n’a pas été adopté, faute de consensus entre la vingtaine de Ministres concernés par le dossier.  Comptez-vous relancer une telle initiative, ou du moins une concertation avec les autres Ministres concernés par cette thématique ?  La lutte contre l’usage nocif de l’alcool – particulièrement parmi nos jeunes – mérite toute notre attention et je souhaite connaître vos priorités par rapport à cette thématique.

Je vous remercie.

Pour obtenir la réponse de la Ministre

16/09/2016

Question à Madame Maggie de Block, Ministre de la santé publique, à propos du libre choix du prestataire par le patient

06/09/2016

Question au Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Monsieur Jan Jambon, concernant la mise en œuvre du plan canal

01/09/2016

Question à Monsieur François Bellot, Ministre de la Mobilité en charge de la sûreté aéroportuaire et de la sécurité aérienne, concernant les mesures de sécurité prises dans nos aéroports suite aux différents attentats terroristes perpétrés

06/07/2016

Question au Ministre de la Mobilité, Monsieur François Bellot, relative aux économies imposées à Infrabel et leur impact sur la réalisation du Masterplan ETCS

21/06/2016

Question à Monsieur Théo Francken, Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, concernant le respect des droits de l’enfant quel que soit son statut administratif