Question d’actualité à la Ministre de la Mobilité et de la SNCB, Madame Jacqueline GALANT, concernant les économies budgétaires à la SNCB

23/10/2014

Madame la Ministre,

Depuis votre arrivée à la tête du Ministère de la Mobilité et de la SNCB, nous avons appris que le groupe SNCB devrait réaliser de lourdes économies durant la législature 2014-2019. Malheureusement, ni la SNCB elle-même ni personne ne semble en savoir plus. Pire, il règne une certaine confusion voire une confusion certaine au sein du gouvernement quant au montant total que la SNCB devra épargner.

Ainsi, lors des débats sur la déclaration de politique générale, vous avez avancé le chiffre de 2,1 milliards d’économie globale à réaliser sur l’ensemble de la législature. Et cela par rapport au montant de sa dotation publique actuelle, qui s’élève à 3,1 milliards. Vous avez ensuite tenté de rectifier la note en disant que la SNCB ne devrait plus épargner que 668 millions d’euros. Bref, autant la SNCB que ses usagers et le grand public sont dans le flou le plus total par rapport à la politique que vous entendez mener pour l’entreprise publique ferroviaire.

Dans l’accord de gouvernement, il est juste stipulé de manière très vague que « les deux sociétés du groupe SNCB adapteront leurs priorités d’investissement et soumettront un business plan ajusté, qui visera entre autres à stabiliser la dette, et ensuite à la réduire progressivement ». Les tableaux budgétaires que nous avons reçus ne sont guère plus loquaces.

De plus, et c’est un élément non négligeable, le personnel est inquiet et incertain sur son avenir. En témoignent les grèves sauvages qui se succèdent depuis le début de la semaine. Si ces actions ne sont pas vivables ni acceptables car elles pénalisent en premier lieu les navetteurs, force est de constater que le nouvel accord de gouvernement ne rassure en rien les cheminots sur leur avenir, leur pension, leur statut, etc.

Dès lors, Madame la Ministre, permettez-moi de vous adresser les questions suivantes :

- Quelles seront exactement et précisément les mesures budgétaires qui seront imposées au groupe SNCB ?

- De quelle manière seront-elles réparties entre la SNCB et Infrabel ?

- Les investissements seront-ils réduits au niveau de la sécurité ? Ou de la capacité ? Ou de la qualité ?

- Quels seront les délais imposés pour appliquer ces restrictions budgétaires ?

- Qu’en sera-t-il pour le personnel du groupe SNCB ? Pouvez-vous les rassurer quant à leur statut et leur emploi ?

Permettez-moi enfin, Madame la Ministre, d’attirer votre attention sur la mission première de service public qui incombe à la SNCB, à savoir l’offre d’un service de qualité sur l’ensemble du territoire belge.

Comme pour les négociations du plan pluriannuel d’investissement et du plan de transport, nous sommes très inquiets qu’une nouvelle fois, les lignes situées en zones rurales soient directement mises en danger. Or, ces lignes représentent souvent la seule solution de transport de rechange pour permettre aux habitants de ces régions de se rendre au bureau ou à l’école. Ces lignes sont également très fréquentées durant les weekends et les vacances scolaires par des touristes et des mouvements de jeunesse.

Dès lors, je vous remercie d’y apporter une attention particulière et d’en garantir la préservation ainsi que l’entretien pour un fonctionnement optimal de ces lignes qui, si elles ne sont pas autant fréquentées que les grandes lignes, sont vitales pour leurs usagers.

Je vous remercie pour vos réponses.

Pour obtenir la réponse de la Ministre

23/10/2014

Question d’actualité à la Ministre de la Mobilité et de la SNCB, Madame Jacqueline GALANT, concernant les économies budgétaires à la SNCB