Question d’actualité au Premier Ministre, Monsieur Charles Michel, concernant les propos du Secrétaire d’Etat, Théo Francken : "(…) tous les "ismes" sont relatifs", faisant écho aux propos de son président de parti, Bart De Wever

26/03/2015

Monsieur le Président,

Monsieur le Premier Ministre,

Chers collègues,

Bart de Wever a indiqué lors d’une interview que le racisme n’était pas la cause, mais la conséquence d’une mauvaise intégration. Que le racisme était une notion "relative" et trop souvent invoquée comme excuse pour un échec personnel, en ciblant la communauté marocaine et la communauté berbère plus spécifiquement.

Ce genre de slogan est inacceptable. Monsieur de Wever crée des amalgames. Il mélange toue une série de considérations : radicalisme, immigration, origine, intégration, racisme, criminalité, ... Ce type de propos a pour seul effet d’opposer les gens les uns contre les autres, de creuser les fossés entre les citoyens par des stigmatisations, des stéréotypes et des généralisations.

Fort heureusement, les réactions de l’ensemble de la classe politique, majorité comme opposition, sont intervenues rapidement pour dénoncer les déclarations du Président de la NVA.

À l’exception, toutefois, d’un membre de votre Gouvernement. Le Secrétaire d’Etat Théo Francken a pris la défense de son président de parti. Il demande de contextualiser ses propos et qualifie les réactions d’hystériques. Il ajoute que : "d’un point de vue intellectuel, tous les "ismes" sont relatifs".

Nous ne pouvons admettre qu’un membre du Gouvernement tente de justifier le racisme. Le racisme est un délit puni par la loi. Tout comme le Ministre Peeters, je ne comprends pas du tout en quoi le racisme peut être considéré comme relatif.

Il existe un réel danger d’admettre des propos qui tentent de justifier le racisme. Ils constituent une forme d’autorisation et d’acceptation de comportements potentiellement racistes, par un discours qui semble construit et réfléchit.

Monsieur le Premier Ministre, nous estimons qu’il est de votre responsabilité de demander des explications à Monsieur Francken. Qu’entend-il par "racisme relatif" ? Considère-t-il que dans certaines circonstances le racisme est justifié et justifiable ? En tant que Secrétaire d’Etat à la politique d’asile et migration, considère-t-il aussi qu’il y a une "bonne" et une "mauvaise" immigration ? De "bons" et de "mauvais" étrangers ? On se souvient encore de ses propos sur les diasporas marocaines, congolaises et algériennes dont il s’interrogeait sur leur valeur ajoutée.

Monsieur le Premier Ministre, la société fait aujourd’hui face à de nombreuses fractures. Les citoyens ont besoin que les responsables politiques travaillent à la défense du vivre ensemble. Il faut retisser le lien social, valoriser la citoyenneté partagée et la défense de valeurs communes. Les propos tenus par les membres de la NVA mettent à mal tous les efforts et le travail du secteur associatif, des entités fédérées et des citoyens pour créer une société de partage où chacun est reconnu dans son individualité et sa diversité.

Je vous remercie.

Pour obtenir la réponse du Premier Ministre

31/01/2019

Question de Mme Vanessa Matz au premier ministre sur "le rapport du Comité P sur les circonstances de la mort de Mawda"

13/12/2018

Séance Parlement Fédéral 13 décembre 2018 sur la grève de 48h des policiers

22/11/2018

Question d'actualité au Premier Ministre sur les revendications des gilets jaunes

08/11/2018

Question d'actualité au vice-premier ministre sur "le conflit social chez bpost"

18/10/2018

Question d’actualité au Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Monsieur Jan Jambon, sur "le malaise et l'absentéisme au sein de la police"