Proposition de résolution relative au projet de Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis

09/02/2016

Pour le cdH, il faut considérer que la conclusion d’un tel Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre l’UE et les États-Unis ne constitue pas –et ne doit pas constituer– une priorité en matière de politique européenne. En effet, le retour à la croissance et à l’emploi en Europe passe prioritairement par la mise en place d’un plan de relance durable au niveau européen. Pour cela, l’Europe doit se concentrer sur la mise en œuvre d’une stratégie globale d’investissement … et non pas sur la conclusion d’un TTIP dont les bénéfices escomptés sont loin d’être évidents mais les dangers bien réels.

Mais plus important encore, en tant qu’Européens, nos efforts doivent avant tout porter aujourd’hui non pas sur la conclusion d’un accord commercial contesté et contestable avec les États-Unis, mais bien davantage sur l’approfondissement de l’intégration européenne et la nécessité de formuler en urgence les réponses optimales aux diverses crises existentielles qui menacent désormais la construction européenne dans son essence même. Face à ces graves crises qui se succèdent (euro et dettes publiques, terrorisme, rôle de l’UE sur la scène internationale, migrants) et face aux remises en question existentielles (euroscepticisme, Brexit, nationalismes, populismes, replis sur soi), la question qui se pose avant tout est donc de savoir quelle Union européenne nous voulons demain et comment comptons-nous y parvenir.

Pour le cdH, il ne fait donc aucun doute que tout doit être fait pour donner au plus vite un nouvel élan et relancer de manière concrète le projet européen, tel que la Belgique l’a toujours défendu, soit une union politique fédérale, défendant une citoyenneté européenne, une véritable solidarité entre tous les Européens et tous les États membres, et capable de relever les défis de notre temps. Et puisqu’il faut acter le refus de certains d’aller plus avant (ou même leur souhait de reculer) dans l’intégration européenne, la Belgique doit avancer avec les États qui le veulent vraiment et travailler activement à la constitution d’un « noyau dur » (ouvert à ceux qui le souhaitent) au sein de l’UE afin de mettre rapidement en place une union politique de nature fédérale.

Bref, l’Union européenne doit donc d’abord et avant tout trouver des réponses à ses propres enjeux pour pouvoir négocier ensuite sur un pied d’égalité avec les États-Unis.

Pour lire ma proposition de résolution

09/02/2016

Proposition de résolution relative au projet de Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis

22/01/2016

Proposition de loi modifiant le Code civil et le Code de droit économique, visant à lutter contre l'obsolescence programmée

18/01/2016

Proposition de résolution visant à renforcer la lutte contre le radicalisme sur Internet

17/06/2015

Proposition de loi organisant une procédure de retrait des contenus faisant l’apologie du terrorisme sur Internet

27/04/2015

Proposition de résolution visant à étendre aux Araméens, Assyriens et Grecs pontiques reconnaissance du génocide des Arméniens de Turquie de 1915