Carnets
de campagne

"Chaque jour qui passe est un jour meilleur"

Vous avez été près de 12000 à me lire tout au long de ce mois, merci à vous pour tous ces encouragements. Il n’y a pas eu un endroit où je sois allée où on ne m’ait parlé de ces carnets, en commentant les préférences, les sujets, me demandant d’écrire l’un ou l’autre. De l’émotion en les écrivant mais aussi quand vous me contiez vos impressions.

Cette expérience même si elle fût lourde en termes de temps (environ 1h30 chaque jour, écrit souvent la veille pour le lendemain) a été  merveilleuse car elle m’a permis de dire dans des mots simples en quoi consiste une campagne électorale mais surtout d’aborder au départ d’expériences concrètes des sujets de fond qui vous préoccupaient.  

Qu’en retirer ? D’abord, vous m’avez encouragée à poursuivre, me démontrant par là que oui, il y a encore une place pour un débat de fond même sur Facebook. Certains m’avaient découragée en me disant que sur les réseaux sociaux, «  ce qui marche », ce sont juste les photos, les slogans ou les phrases qui assassinent sans argument les adversaires politiques. Je me suis entêtée car ce qui m’importe le plus est de revenir à l’essentiel. Qu’est-ce que la politique sinon un débat d’idées ? Cette idée noble de la politique, je l’ai toujours cultivée depuis que je me suis lancée dans l’arène politique il y a déjà 20 ans. Ecouter, analyser, argumenter et concrétiser. Vous avez démontré par votre fidélité à la lecture que vous attendiez aussi que la politique en revienne à l’essentiel.

Hier matin, j’ai croisé sur le marché à Fléron, un monsieur retraité qui m’a dit avec un sourire lumineux « Chaque jour qui passe est un jour meilleur », quel merveilleux message de fin de campagne. Et je me suis mise à rêver. Je me suis rappelé que notre pays avec ses terribles défauts n’est pas si mal, que nous avons des soins de santé reconnus, un système de protection sociale élevé, que nos paysages sont variés et beaux, du plat pays à nos Ardennes vallonnées, que nous avons des entrepreneurs qui mettent tout en œuvre pour innover, et créer des emplois, que notre secteur associatif remplit un tas de missions de soutien aux personnes, de développement culturel et sportif…, que nos citoyens sont pour la plupart engagés et prêts à relever leurs manches,  que nos écoles forment des jeunes qui en veulent…

Ne pensez pas que je me suis promenée au pays des Bisounours et que j’ignore ici ce pourquoi vous nous avez interpellés tout au long de cette campagne. Mais la phrase de ce monsieur me rappelle notre slogan « Vivre mieux, c’est possible ». Oui, c’est possible car nous portons en nous ce vent d’optimisme qui veut que demain soit meilleur avec réalisme et conviction. C’est cela le cdH.

Il se fait tard…Il est déjà temps de refermer ce carnet…mais il restera ouvert dans mon cœur et dans ma tête…Avec confiance.

                                                                                                                        Samedi 24 mai 2014

Autres carnets

"Chaque jour qui passe est un jour meilleur"
"On ne badine pas avec le droit à la sécurité"
"Le secteur associatif, un phare comme repère dans notre société"
"On est toujours grand quand on entreprend "
"Vivre par-dessus tout"
"Cela suffit..."
"Vivre plus longtemps et mieux, c’est possible !"
"Baisser l’impôt des sociétés et l’harmoniser au niveau européen"
"Réduire le coût du travail pour créer des emplois"