Carnets
de campagne

"Petit-déjeuner à Hénumont, c’est cela le cdH"

 Hénumont (Remouchamps) 6h30 du matin. Nous sommes une douzaine de bénévoles occupés à parachever le décor d’un petit-déjeuner de produits locaux et issus du commerce équitable à la ferme qui commencera à partir de 8h30. La vue est imprenable vers la Vallée de l’Amblève en contrebas. Le vent frais roule des nuages gris et blancs dans un ciel qui couvre un immense paysage de bois et de prés. De temps en temps, un pan de bleu pointe à travers le chaos de toutes les nuances du gris et du noir. L’idée est de rassembler nos sympathisants et des électeurs curieux pour goûter des produits du terroir dans un décor naturel unique, la ferme de Monsieur et Madame Charly Fabry à Hénumont.

Les équipes se mettent en place sous l’œil de Mélanie, notre implacable script-girl: Colette, Sylvie Céline, et Dominique aux fourneaux, Suzanne et son mari aux fromages, Marc à la caisse, Valérie et Séverine à la déco, Vincent au placement d’affiches, Patrice, Daniel, Ely, Léon  au montage des tonnelles, tables… les deux Marc au bar, Philippe et Andy au débarrassage des tables, Jacques aux photos, Pascal au parking, Fredy à l’accueil des participants. Soit plus d’une vingtaine de personnes  pour servir plus de 200 petits-déjeuners savoureux en trois heures. L’ambiance est chaleureuse, enjouée, fraternelle.  Marie-Do nous rejoint en voisine, comme d’ailleurs Olivier, Vincent,  Philippe et de nombreux candidats.

Le soir, je reviens sur ce moment fort de la campagne. Je me dis, qu’au fond, ce petit-déjeuner à la ferme est vraiment emblématique de la culture cdH : ni obligés, ni intéressés, ni mercenaires mais des volontaires, des bénévoles, des militants. Payer de sa personne. Faire les choses nous-mêmes avec les moyens du bord, la bonne humeur et la camaraderie en plus. Tout cela au nom de quoi ? Pourquoi ?

Le cdH n’est pas un parti d’intérêts même si, bien entendu, nous avons à cœur ceux de nos citoyens. La culture du cdH, c’est d’abord celle du projet de société, du mieux-vivre ensemble, de l’initiative et de la solidarité. Nous sommes attentifs avant tout à la qualité des rapports humains, à l’excellence, à l’effort, à la main tendue. Pour nous, il n’est de véritable richesse que les hommes et les femmes. Valoriser et partager toute cette richesse dans ses dimensions intellectuelles, scientifiques, entrepreneuriales,  sociales, spirituelles est le fil rouge de notre action. Nous voulons construire une société à la fois dynamique et fraternelle dont le moteur ne soit ni l’accumulation du profit, ni la consommation exacerbée mais la créativité, l’épanouissement personnel et la solidarité.

Nous prenons en compte le respect de la nature dont nous savons désormais la fragilité. Mais notre premier souci va aux personnes, à toutes les personnes, du plus bas au plus haut de l’échelle du savoir, de la santé, du pouvoir ou de la fortune. Le cdH rassemble toutes les femmes et tous les hommes autour d’un idéal humaniste qui transcende et rassemble toutes différences. Dans une société de plus en plus pluraliste où tout va de plus en plus vite et exposée au capitalisme dérégulé,  l’humanisme devient un cri de ralliement pour celles et ceux qui placent au plus haut le respect de la dignité irréductible de l’être humain. A Hénumont, dimanche matin, quelque chose de ce vieil humanisme européen vibrait véritablement dans l’air.

Notre pays a besoin du cdH pour sauver cet esprit humaniste.

                                                                                                                      Lundi 12 mai 2014

 

 

Autres carnets

"Chaque jour qui passe est un jour meilleur"
"On ne badine pas avec le droit à la sécurité"
"Le secteur associatif, un phare comme repère dans notre société"
"On est toujours grand quand on entreprend "
"Vivre par-dessus tout"
"Cela suffit..."
"Vivre plus longtemps et mieux, c’est possible !"
"Baisser l’impôt des sociétés et l’harmoniser au niveau européen"
"Réduire le coût du travail pour créer des emplois"