L'envie est toujours là...

25/10/2017


Cela fait presque un an jour pour jour que j'ai suspendu toutes mes activités politiques pour des problèmes de santé que je vous ai déjà décrits : d'abord, une hernie discale qui a endommagé à plus de 50 % ma jambe gauche me plongeant ainsi dans un handicap dont je ne soupçonnais ni les limites qu'il m'impose, ni les souffrances quotidiennes qu'il provoque ; ensuite et en plus, cette fichue maladie qu'est l'algie vasculaire faciale (ou Cluster Headache) qui depuis 5 mois me frappe tous les jours avec une violence inouïe le crâne, à la manière d'un poignard enfoncé dans la tempe, provoquant des maux de tête indescriptibles, plusieurs crises parfois par jour et entre les coups des douleurs continues.

Le chemin est long, trop long souvent mais l'espoir, même si par moment il m'abandonne, reste le plus fort et je guette les signes d’un rétablissement auquel je ne renonce pas. Je relativise, rassurez-vous, en voyant autour de moi, des maladies graves, douloureuses aussi parfois fatales et je me dis au fond que ce n'est pas bien grave. C’est une erreur de relativiser me diraient les médecins. Chacun a sa souffrance et chacune mérite de l'attention.

Je relativise pourtant aussi ma souffrance, car bien plus encore comptent pour moi tous ces combats dans lesquels je me suis engagée et tous ces changements que je souhaite porter avec force et ténacité au meilleur de ma forme retrouvée, pas derrière un clavier d'ordinateur ou de smartphone, mais en première ligne.

Je vois, je constate, je sais que le monde a profondément changé et que pour qu'il soit traversé à nouveau de justice sociale et de solidarité, il faudra que nous fassions de la politique autrement. Pas avec des slogans mais à partir de réflexions profondes sur les nouveaux enjeux : d’abord celui de la technologie, notamment le numérique et le vivant qui, s'ils ne sont pas régulés, fractureront davantage notre société avec la robotique et la médecine à deux vitesses ; ensuite l’emprise d’une finance parasitaire et spéculative sur l’économie réelle, celle des emplois, des PME, des start ups, doit être desserrée. Si le capital rentier, le fric facile et la triche fiscale à grande échelle, continuent à échapper au contrôle de nos sociétés démocratiques, le fossé se creusera encore davantage entre les hyper-riches et ceux qui bossent mais ne s'en sortent pas.
Notre société doit retrouver du sens, des valeurs, c’est-à-dire très concrètement de la fraternité, de l'entraide, de la beauté, de la spiritualité. Elle ne doit plus se laisser dicter sa loi par des règles qui étranglent, qui broient et qui finissent par tuer des hommes et des femmes aliénés, éreintés et frappés de burn out. Outre cette violence sourde au quotidien, le terrorisme reste une menace auquel il faut s’attaquer sans état d’âme, mais en veillant aussi à combattre et à réduire les inégalités produites par notre société, mais aussi la violence quotidienne parfois plus insidieuse que nous vivons tous, l'irrespect, les injures, les harcèlements subis par les femmes ou les enfants à l'école, l'abandon des personnes âgées et dépendantes à un sort peu enviable. La première des violences, elle est en effet foncièrement sociale. C’est celle du chômage, de l'absence de logement, d’un cadre de vie dégradé, des incivilités et des brutalités qui sont devenues des habitudes et auxquelles on ne prête guère plus attention.

Le politique doit se réapproprier tous ces enjeux et cesser de se dédouaner en pensait que c'est la faute au système dont il s'est lui-même désintéressé ou dont il a abandonné les clés aux forces du marché.

Ces enjeux ne se décideront pas en cénacle fermé ou dans " l'entre-soi". Ils devront associer et faire participer les citoyens désireux que tous ces défis soient à nouveau au cœur du débat politique car loin de concerner des intérêts égoïstes, ils seront au cœur même de l'intérêt général et d'une vison sur le long terme.

Voilà les raisons profondes de mon engagement politique et les raisons pour lesquelles je dois être vite remise sur pied!

25/10/2017

L'envie est toujours là...

30/09/2017

Dans l'état actuel des choses mon état de santé ne me permet pas d'assurer la campagne communale 2018

03/07/2017

Pleins feux 2017

06/06/2017

Nous sommes toutes et tous des artisans de notre devenir.

31/05/2017

Demande d'évaluation du licenciement du personnel d’entretien des écoles et de la crèche