Violences conjugales pendant le confinement : STOP!

01/04/2020

Comme les associations de terrain qui s’occupent de cette problématique, je suis particulièrement inquiète et préoccupée par l’augmentation des appels à l’aide (entre 25 et 30 % d’appels et de demandes d’aide supplémentaires par rapport à une période plus ordinaire).

Il est impératif de développer la capacité de logements d'urgence et trouver des solutions d’attente.
Je propose aussi :

D’imposer aux zones de police de contacter les personnes qui ont déposé une plainte pour de tels faits ces trois derniers mois et leur téléphoner pour voir si tout va bien.

"Ce serait plus facile pour elles de dévoiler leur situation puisqu’elles n’auraient pas fait la démarche. On pourrait aussi leur demander de contacter les auteurs potentiels, toujours sur base des plaintes des trois derniers mois : une manière de leur dire qu’on les tient toujours à l’œil".

Mais aussi :

  • des pharmaciens référents, à savoir qu’une victime de violences conjugales peut donner l’alerte via le pharmacien.
  • permettre aux victimes d’envoyer un SMS d’urgence à un numéro vert "c’est plus simple que de téléphoner."

Lire l'article entier Sudpresse 1 avril 2020 page 15.pdf

Lire l'article la DH 8 avril 

Lire l'article complet la DH 8 avril 2020.pdf

30/05/2020

C’est maintenant l’heure d’avancer pour taxer les GAFAM

29/05/2020

Interdire la publicité des véhicules polluants

28/05/2020

Malaise dans la police

24/05/2020

Pas de déploiement éventuel de la 5g sans ces 3 balises spécifiques!

22/04/2020

Violences faites aux femmes durant le confinement : il ne faut jamais renoncer...