Question d'actualité au Premier Ministre sur les revendications des gilets jaunes

22/11/2018

On ne peut rester ni sourds, ni silencieux face à la colère de «Gilets jaunes »

Cet après-midi en séance plénière à la Chambre, j’ai interrogé le Premier Ministre sur le silence assourdissant du gouvernement face à la colère des gilets jaunes et aux mesures à prendre face aux débordements violents.
Evidemment, je condamne fermement les actes de violence et de casse qui ont été perpétrés.
Néanmoins, j’écoute et j’entends la colère légitime des citoyens qui ne parviennent plus à nouer les deux bouts.

Ce silence assourdissant doit être brisé pour éviter la récupération de ces frustrations par les mouvements extrêmes et populistes. Il faut apporter une réponse responsable pour chasser la réponse populiste. Or, s’il y a bien une leçon à tirer de la montée des populismes partout dans le monde, c’est que la politique doit prendre en compte les effets redistributifs de ses mesures et s’atteler à lutter sans relâche contre les inégalités.

Ce silence assourdissant du gouvernement est un mépris à l’égard de ces milliers de personnes qui ne savent plus nouer les deux bouts.

- A ceux qui ne comprennent pas pourquoi on ne taxe pas le kérosène, au niveau européen et que dans le même temps les accises sur le carburant augmentent alors que ceux-là mêmes ont besoin d’un véhicule pour se rendre au travail ou aller conduire leurs enfants à l’école parce qu’il n’y a pas d’alternative au niveau des transports publics,

- A ceux qui ne comprennent pas pourquoi le gouvernement fédéral augmente les accises sur les carburant sans que l’offre des transports publics ne s’améliore (il suffit de regarder le rapport sur la ponctualité de la sncb publié cette semaine)

- A ceux qui ne comprennent pas pourquoi le coût de l’énergie augmente alors que le gouvernement fédéral avait la possibilité de garder à 6% le taux de TVA sur l’électricité et qu’au contraire il l’a augmenté à 21%.

Bref, à ceux qui ne comprennent pas pourquoi leurs besoins les plus fondamentaux sont aussi les plus taxés: se mouvoir, se chauffer, se loger, se soigner…

Evidemment nous soutenons sans réserve la lutte contre le réchauffement climatique et l’entrée dans une transition écologique mais cette dernière doit être humainement acceptable et soutenable.
Il ne faudrait pas en plus que la fracture sociale se transforme en une fracture écologique.

Ce gouvernement ne représente plus cette classe moyenne de plus en plus précarisée qui a souffert de ces mesures fiscales et des économies sur le dos des plus faibles et qui n’a en tous les cas pas bénéficié du tax shift.

Lire la question

13/12/2018

Séance Parlement Fédéral 13 décembre 2018 question d'actu sur la grève de 48h des policiers

10/12/2018

Besoin d’essentiel, un blog pour penser plus loin, plus haut, plus large.

06/12/2018

Taxe GAFA, le rendez-vous manqué de l'Europe !

03/12/2018

Revenir en politique, oui mais pour aller à l’essentiel

22/11/2018

Question d'actualité au Premier Ministre sur les revendications des gilets jaunes