Joyeux Noël et Heureuse Année 2011

04/01/2011

Affronter avec confiance les lendemains incertains

Noël, Nouvel-An, sont des moments forts de nos vies : temps de rencontres, temps festifs, moment des grandes retrouvailles ou, à l'opposé pour certains, notamment parmi nos aînés, de grande solitude et de nostalgie.

La vie nous bouscule et nous pousse dans le dos : toujours plus vite, toujours plus loin, toujours ailleurs. Notre culture esclave de la technologie, de la consommation et du divertissement nous impose des rythmes et des comportements en rupture avec notre psychologie profonde : l'énergie devrait nous venir du fond de nous-mêmes alors que nous sommes aveuglés et bousculés par des signaux professionnels, marchands ou ludiques qui nous parviennent de tous côtés et qui ne nous laissent pas de répit. Le temps des fêtes n'est-il pas propice à poser ses bagages et à penser notre vie face au monde qui va ?

Notre pays, la Belgique traverse une crise d'identité qui menace son unité : d'un côté les nationalistes flamands entendent dépecer l'Etat fédéral, trop assurés qu'ils sont de faire mieux et de payer moins tandis que nous les francophones, nous avons peine à comprendre que la solidarité fédérale implique un effort de modernisation plus profond de notre part, mais aussi davantage d'ouverture à la culture de l'autre.

Ce qu'il nous faut comprendre aussi, c'est que le projet politique doit rassembler, au-delà des différences que sont le sexe, la langue, la race, la religion, sur des valeurs partagées qu'elles soient inspirées par le socialisme, l'humanisme, le libéralisme ou l'écologie. Car le nationalisme lui est régressif et dangereux. Il se nourrit aujourd'hui du vide de la pensée politique devant la crise et il pousse à l'identitaire et au sécuritaire, deux catégories riches en slogans mais pauvres en réponses.

On voit bien le nationalisme de retour au niveau européen avec la montée du populisme, cette antichambre de l'extrême droite. Il est présent dans la crise de l'eurozone ! Pourquoi nos gouvernements démocratiques se révèlent-ils aussi faibles face aux assauts des marchés financiers contre les Etats-membres menacés de faire défaut sur leur dette publique ? Parce qu'il manque depuis vingt ans à l'Europe, un grand dessein politique capable de transcender les nationalismes et de faire de chaque citoyen belge, français , italien , ou allemand, aussi et plus en plus, un citoyen européen.Seuls des idéaux communs peuvent dépasser les conflits d'intérêts et ainsi permettre d'agir ensemble dans un monde qui change radicalement.

Tous les défis auxquels notre monde va être confronté sont jouables, à la condition que nous changions nos comportements privés et collectifs. Ces changements impliquent beaucoup de solidarité, et en contrepartie, un sens plus fort de la responsabilité, car l'une ne va pas sans l'autre.

Il faut nous préparer à vivre autrement et il ne dépend que de nous que cet autrement soit aussi un mieux. Faisons aussi davantage place aux autres, à la rencontre et à l'échange en allant vers l'autre même si il ou elle est différent, très différent. N'ayons pas peur de la différence, car elle est avant tout source d'échange et de richesse. Nous devons affronter avec confiance les lendemains incertains, et revenir à l'essentiel : le développement de soi dans l'amour des autres. Il n'est en définitive pas d'autre chemin vers le bonheur. Je vous souhaite de le rencontrer souvent sur votre route en 2011.

Vanessa Matz
Sénatrice
Premier Echevin à Aywaille

14/10/2020

Question au ministre de la Justice sur les dangers de contamination au COVID-19 dans les prisons

13/10/2020

Le secteur événementiel et les métiers forains doivent être soutenus par le fédéral.

01/10/2020

Les GAFAM passeront à la caisse...

29/09/2020

Des pensions alimentaires non payées fragilisent terriblement les familles monoparentales

29/09/2020

Lignes TEC 64 et 65 : les usagers de l’Ourthe-Amblève sacrifiés !