Conférence de presse du cdH du mercredi 6 mai 2009

06/05/2009

« Pour que les Francophones parlent d'une seule voix »

Pour des raisons évidentes de rapport de force intra-belge, il est indispensable que les Francophones évitent la dispersion de leurs niveaux de pouvoir et le morcellement des politiques et compétences qui diluent leur efficacité et leur représentativité interne.

Pour des raisons évidentes d'efficacité intra francophone, on a, par ailleurs, plus que jamais besoin d'une unité francophone impliquant un pôle décisionnel intégré, un gouvernement conjoint, une stratégie unique et des politiques coordonnées selon des objectifs communs à fixer.

Les Francophones doivent donc, tant pour les négociations institutionnelles que pour leur propre gouvernance, s'affirmer ensemble de manière forte et coordonnée et répondre au besoin d'une meilleure gouvernance publique, à plus de cohérence, de complémentarité, d'efficacité et d'ouverture culturelle.

1. Introduction : Besoin d'unité et de solidarité intra-francophone

Les liens linguistiques, sociaux, culturels, économiques et politiques entre Bruxelles et la Wallonie sont extrêmement forts.

• Des liens linguistiques, sociaux et culturels : Dans un monde globalisé, les identités ne prennent plus la forme d'appartenances homogènes opposées les unes aux autres. Elles se vivent au contraire dans l'imbrication d'appartenances multiples. L'affirmation d'un fait régional, tant en Wallonie qu'à Bruxelles, n'est donc nullement exclusif de la conscience d'une identité francophone partagée par les deux Régions en raison des liens linguistiques et culturels évidents que nous partageons.

Avant d'être bruxellois ou wallons, nous sommes des belges francophones unis par la même histoire, plongés dans le même univers de langue, d'art, de médias, de débats politiques, d'enseignement, d'évènements, de valeurs, de mentalité. En dépit de son attachement à la diversité des langues parlées sur son territoire et à son bilinguisme officiel, Bruxelles est une région majoritairement francophone. L'existence d'une langue commune à la majorité de sa population et à la population wallonne implique par conséquent une très grande mobilité des personnes entre ces deux régions et forge des liens économiques, sociaux, culturels, politiques, etc., très étroits entre Bruxelles et la Wallonie. De plus, sur le plan international, cette langue commune fonde l'appartenance conjointe de Bruxelles et de la Wallonie à la Francophonie.

• Des liens économiques : Le développement économique s'organise aujourd'hui autour de grandes métropoles urbaines dont l'hinterland est en forte croissance. En Belgique, Bruxelles est bien entendu la seule métropole de stature internationale et constitue à ce titre le moteur économique de l'ensemble du pays et également de la Wallonie et de la Flandre.

Cela signifie, tout d'abord, que la Wallonie ne doit pas considérer ses relations avec Bruxelles sous le modèle d'une simple coopération interrégionale, mais qu'elle doit voir dans Bruxelles un des pôles économiques de sa croissance avec lequel il lui faut créer des synergies sans cesse plus fortes. Elle doit profiter de sa position centrale en Europe et concevoir son développement à partir d'un axe Bruxelles-Namur-Luxembourg et d'un triangle Bruxelles-Mons-Charleroi-Namur-Liège susceptible de devenir le pendant sud du triangle Gand-Anvers-Bruxelles. Le renforcement de ces zones, loin d'entrer en conflit avec le développement du reste de la Wallonie, entraînera celui-ci dans sa dynamique.

Cela signifie, d'autre part, que le développement de Bruxelles nécessite que son hinterland puisse croître bien au-delà des limites actuelles des 19 communes qui ne correspondent à aucune réalité économique. Le développement de Bruxelles requiert par conséquent une étroite collaboration avec les autres régions et tout particulièrement, en raison de la congestion dont souffre aujourd'hui la Flandre, avec la Wallonie dont les réseaux routiers et ferroviaires sont moins saturés et qui possède encore l'espace disponible nécessaire à l'installation de nouvelles entreprises et habitations à des prix abordables.

• Des liens politiques : Les Francophones évoluent dans le même espace politique, ils connaissent les mêmes partis, élisent des députés fédéraux qui siègent ensemble et des députés de la Communauté française qui siègent également ensemble. Ils préparent les débats institutionnels ensemble et sont organisés au niveau fédéral selon des groupes linguistiques consacrés par la Constitution ou les lois spéciales. Enfin, comme les Francophones constituent une minorité au niveau national, ils se doivent plus que tout autre d'être soudés, cohérents, unis, organisés et solidaires face aux revendications flamandes. ...

Pour connaître la suite cliquez sur le document ci-dessous

090506-Conference-de-presse-cdH.doc

 

24/09/2020

Bonne nouvelle pour la ligne 42!

16/09/2020

Commission justice, auditions des Procureurs Généraux

16/09/2020

Question orale au Ministre de la justice concernant la charge de travail liée aux infractions COVID

14/09/2020

Ne pas dire non, ne veut pas dire oui!

04/09/2020

Fraude à la TVA sur les ventes d’Amazon, Alibaba et autres places de marché : les plates-formes de commerce électronique doivent être tenues solidairement au paiement de la TVA